Domaine de recherche

Mots-clés de A à Z

Navigation


 


Retour à l'aperçu des communiqués actuels

Pandémie de coronavirus Sécurité et ordre public assurés malgré les circonstances difficiles

6 avril 2020 – Communiqué de presse

La pandémie de coronavirus met toute la population à rude épreuve. Les organes de sécurité sont eux aussi fortement sollicités. Ils continuent de garantir la sécurité de la population. Des dispositions ont été prises pour qu’ils puissent assurer durablement leur mission et protéger les agents sur le terrain.

Malgré la situation actuelle, les forces d’intervention de la Direction de la sécurité font le nécessaire pour assurer la sécurité et l’ordre public. Comme les personnels de santé, les agents et les agentes sont très fortement sollicités depuis quelques semaines. Le télétravail est rarement possible car leurs tâches les obligent à être sur le terrain et à avoir des contacts interpersonnels rapprochés. Il leur est difficile voire impossible de respecter les règles de distance sociale recommandées par l’OFSP, que ce soit dans l’encadrement de l’exécution judiciaire, dans le domaine de l’asile et de la migration ou lors des patrouilles de police. Or, ces missions doivent impérativement être assurées. C’est pourquoi la Direction de la sécurité adapte les mesures de protection à l’intention de son personnel, des personnes prises en charge et des citoyens au fur et à mesure que la situation évolue. Elle tâche également d’anticiper les évolutions à venir, qui sont incertaines.    

Exécution judiciaire

Dans le domaine de l’exécution judiciaire, des mesures sont prises depuis la mi-février pour prévenir au mieux les infections par le coronavirus dans les établissements. Tous les visiteurs, y compris les ouvriers, doivent remplir un questionnaire : ont-ils séjourné dans une région touchée par le coronavirus, présentent-ils les symptômes mentionnés ? Il en va de même des personnes qui arrivent pour exécuter une peine ou une mesure. Les contacts physiques lors des visites sont interdits. Les visiteurs portent un masque ; à défaut, la visite se déroule derrière une vitre. Depuis la mi-février également, les personnes condamnées à des peines de moins de 30 jours qui sont en liberté et qui ne présentent pas de danger ne sont plus convoquées pour exécuter ces peines. Le but est d’éviter que les établissements aient un taux d’occupation trop élevé. Depuis début mars, les détenus vulnérables sont exemptés pour leur protection de l’obligation de travailler.

Par ailleurs, deux quartiers d’isolation à l’intention des malades du coronavirus ont été mis en place, un dans l’établissement pénitentiaire de Witzwil et l’autre dans la prison régionale de Berthoud. Cette démarche se justifie du fait que ces établissements possèdent leur propre service de santé, avec des visites médicales et du personnel spécialisé. Cela évite de mobiliser du personnel de santé dans d’autres institutions. De plus, des échanges ont lieu régulièrement avec les services officiels, comme l’Office du médecin cantonal. À la mi-mars, une interdiction générale des visites, des congés et des sorties a été prononcée pour toutes les unités d’organisation de l’exécution judiciaire. Une interruption de l’exécution a en outre été accordée à toutes les personnes vulnérables en semi-détention ayant conservé un entourage social intact.

Les établissements de détention ne sont pas totalement coupés du monde. Néanmoins, les contacts interpersonnels ont été réduits au strict minimum. Le personnel de l’exécution judiciaire avait déjà une grande expérience de la gestion des maladies transmissibles avant la pandémie de coronavirus. Le fonctionnement des établissements a été simplifié autant que possible afin de garder du personnel en réserve en cas d’absences pour cause de maladie. Le travail des détenus a été arrêté ou réduit au minimum pour pouvoir respecter les distances de sécurité.

Police

La Police cantonale bernoise conserve toute sa capacité d’intervention et accomplit sa mission légale. Elle joue un rôle important pour faire respecter les règles de comportement imposées par le Conseil fédéral. Les nombreuses patrouilles sur le terrain contribuent à endiguer la propagation du virus et sont là pour la population. Les policiers ne peuvent pas éviter de s’exposer dans leur travail, par exemple lorsqu’ils prennent en charge des personnes en détresse ou procèdent à des interpellations. C’est pourquoi une planification à long terme a été élaborée pour garantir la continuité de l’engagement de la police.

Encadrement dans le domaine de l’asile

La santé et la protection des requérants d’asile attribués au canton par la Confédération et du personnel qui les encadre sont primordiales. C’est pourquoi il a été décidé de suspendre le transfert des personnes ayant fait l’objet d’une décision de renvoi entrée en force dans les centres de retour. Ces dernières semaines, le Service des migrations du canton de Berne et les services d’aide sociale du domaine de l’asile ont déployé des mesures supplémentaires pour informer, isoler rapidement les cas suspects de coronavirus, mettre en place des dispositifs techniques de protection et appliquer des normes d’hygiène plus strictes. À la mi-mars, le foyer Eschenhof à Champion a été mis en service pour accueillir des requérants d’asile particulièrement vulnérables (personnes âgées ou déjà malades). En outre, trois lieux d’hébergement faisant partie de la réserve stratégique ont été activés et partiellement ouverts, en étroite concertation avec les communes. Les services d’aide sociale du domaine de l’asile, les communes d’implantation et les préfectures soutiennent la Direction de la sécurité pour mettre en œuvre rapidement les mesures qu’exige la situation.

Autres domaines

Le Care Team du canton de Berne doit se conformer à des directives spéciales (p. ex. consultations téléphoniques) durant la pandémie de coronavirus afin de minimiser les risques pour ses membres. Les guichets de l’Office de la circulation routière et de la navigation (OCRN) sont fermés. La plupart des dossiers de permis de circulation et de permis de conduire peuvent être réglés par courrier postal ou en ligne (documents officiels, plaques de contrôle, etc.). La centrale téléphonique de l’OCRN reste ouverte.

Les examens théoriques et pratiques pour voitures ou bateaux sont suspendus. Il en va de même des expertises périodiques de véhicules sur convocation, à l’exception des rares véhicules utilisés pour des transports importants. Par contre, il est encore possible de faire expertiser un véhicule en vue d’une cession ou d’une première immatriculation. L’OCRN peut ainsi apporter un soutien optimal au secteur automobile.

Les prestations fournies aux guichets des offices de l’état civil et des centres de documents d’identité ont été réduites au strict nécessaire. Les procédures ont été adaptées pour respecter les recommandations de l’OFSP et protéger les citoyens ainsi que le personnel. Les offices de l’état civil actent notamment les reconnaissances d’enfant et les mariages dans certaines conditions. Le centre de documents d’identité de Berne établit les passeports provisoires.

Les prestations qui ne sont pas proposées aux guichets continuent d’être assurées. Les offices de l’état civil procèdent par exemple à l’enregistrement des naissances et des décès.

Le directeur de la sécurité Philippe Müller adresse ses plus vifs remerciements à tous les collaborateurs et collaboratrices pour leur engagement sans faille.

Retour à l'aperçu des communiqués actuels


Informations supplémentaires



Mon panier ([BASKETITEMCOUNT])

Informations sur ce site Internet

https://www.pom.be.ch/pom/fr/index/freiheitsentzug-betreuung.html